Qu'est-ce que l'AWBK ?

Historique du Karaté en Belgique

A l’origine, le karaté s’est développé en Belgique en 1966, suite à la venue de Senseï Taïji KASE qui a dispensé ses cours dans les provinces belges, sur invitation de la Ligue Belge de Judo (LBJ).

En 1967, se créait l’Union Belge de Karaté (UBK), avec Senseï Satoshi MYAZAKI comme instructeur, et qui devenait ainsi indépendante de la LBJ. Un différend entre dirigeants de l’UBK amenait la fondation, l’année suivante, de l’Association Belge de Karaté (ABK).

En 1978, suite à la volonté de politique nationale (décrets ADEPS et BLOSO), l’ABK se scindait en deux ailes linguistiques. D’une part, l’Association Francophone de Karaté(AFK) et d’autre part, la Vlaamse Karate Associatie(VKA).

Au niveau de l’UBK, même scénario, l’Union Francophone de Karaté (UFK) représentait le sud du pays et la Vlaamse Karate Vereniging (VKV), le nord.

En 1991, des dissensions internes au sein de l’AFK, devenue entre-temps l’Association Francophone de Karaté et Arts Martiaux Affinitaires (AFKAMA), amenaient la majorité des clubs la composant à créer une nouvelle fédération dénommée la Ligue Francophone de Karaté(LFK).

Cette dernière, réunie par un protocole d’accord avec l’UFK, amena la création de la Fédération Francophone de Karaté (FFK). En Flandre, la VKA s’unissait avec la VKV pour créer la Vlaamse Karate Federatie (VKF).

Le FFK et la VKF fondèrent alors la Fédération Belge de Karaté (FBK) -Belgische Karate Federatie (BKF). Cette dernière faisant partie de la Fédération Mondiale de Karaté (FMK). La FFK deviendra la Fédération Francophone de Karaté et Arts Martiaux Affinitaires (FFKAMA). La LFK adhérait en 2004 à la World Karate Confederation (WKC) devenue par après la World Union Karate Organization (WUKO) puis suite à un nouveau différend la World Union of Karate-Do Federation (WUKF).

En 2015, les trois membres fondateurs de la LFK se sont retirés de la LFKB, trop orientée vers la compétition. Aussi, ils ont créé l’Association Wallonne et Bruxelloise de Karaté(AWBK). Ses dirigeants se sont assignés comme buts, le bien-être et le plaisir pour tous ses pratiquants, une progression technique de valeur dans la plus pure tradition japonaise, une ouverture à tous les styles.

Michel GÖBBELS