Kihon

A la recherche de la maîtrise du karaté

En Karaté, pas de première attaque.

C'est Gichin Funakoshi qui a introduit cette forme de pratique lors de son séjour au JAPON.
La pratique sans relâche des techniques de base prépare graduellement à la maîtrise du karaté.

Gichin Funakoshi

Funakoshi jugea que la pratique et la répétition des mouvements et postures de base sur un rythme donné par l'instructeur dans le but d'établir des automatismes, convenait parfaitement à l'apprentissage et à l'étude du karaté.

En plus de la technique correcte, les habitudes crées par ce type d' entraînement doivent inclure:

  • l'action du corps
  • la tension musculaire
  • la position
  • la vitesse
  • la résistance appropriés

Chaque élève doit améliorer les aspects techniques de chaque mouvement, puisque l'entraînement répété de positions incorrectes mène également à l'acquisition de mauvaises habitudes qui sont ensuite difficiles à corriger.

L'entraînement doit être fait au départ:

  • lentement
  • avec une concentration maximale

pour que les mécanismes de mémorisation par le corps des différents mouvements se déclenchent.

La vitesse peut alors être augmentée, tout en maintenant le même niveau de concentration et une capacité forte à l'autocritique pour toujours chercher à raffiner le mouvement et faire une technique de la façon la plus simple possible sans mouvements inutiles.

L'accomplissement de n'importe quelle technique doit devenir si habituel qu'aucune réflexion n'est exigée par la suite et ainsi devenir un automatisme.

Ceci laissera l'esprit libre pour faire face à des situations de combat où il faut être vigilant.

Tous les mouvements de base se pratiquent en kihon:

  • coups de poings
  • coups de pieds
  • blocages
  • esquives

Chacun d'eux peut être pratiqué:

  • comme technique isolée
  • en enchaînements

Après l'échauffement qui commence le cours, c'est généralement avec le kihon et des kata que le cours se poursuivra.

Le kihon doit être pratiqué sans relâche, car le karaté est comme l'eau chaude qui se refroidit si on ne lui apporte pas une chaleur constante.

Funakoshi affirmait, vers la fin de sa vie, qu'il ne faisait que commencer à maîtriser le coup de poing de base.

Venant d'un maître d'une telle envergure, cette affirmation porte à réfléchir sur notre conception de la maîtrise d'une technique.


Michel GÖBBELS