Décembre 2017

Mot du Président - Michel Bonhomme

Chères amies et chers amis karatékas,
membres de l’AWBK,

Le passage de grade !

Qu’il soit "Kyu" ou "Dan", le Shiken (examen pour le grade) entraîne le même état de tension auprès des candidats.

Comme tout examen d’ailleurs !

Qui n’a pas ressenti un stress devant une épreuve imposée par une autorité éminente dans leur domaine ?

S’il est normal de vouloir "bien faire", il est probablement "un peu trop" de devoir perdre ses moyens devant la tâche.

Au fond, si l’on se disait tout simplement que les juges ou examinateurs ne sont là que pour évaluer le travail produit sans négativisme et avec pour attente, de voir "un beau spectacle", "une belle prestation", cette épreuve serait probablement plus facile à aborder.

Autre point important, la préparation de chacun.

Il ne faut absolument pas négliger cette étape car dans notre discipline comme dans d’autres, un grade n’est pas acquis automatiquement.

En effet, si le critère temps est primordial, la qualité du travail présenté l’est bien plus encore.

Se présenter avec l’idée que la réussite est automatique, est une bien fausse croyance.

Fort heureusement, je ne pense pas que d’aucun adopte cette position et que même si échec il y a, celui-ci est le fait d’un manque probable de préparation

.

Quoi qu’il en soit, réussite ou échec, la pratique doit rester le principal moteur de chacun, alors…

bon entraînement !


Michel Bonhomme
Président AWBK